(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.005544 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Mercredi 24 janvier 2018 08:52:41  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow Blog
 
Blog de toutes sections
Le Ciel peut attendre Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail
etoiles
Le Ciel peut attendre

De Ernst Lubitsch

Avec Don Ameche, Gene Tierney, Charles Coburn

film Américain - 1946 - genre: Comédie - Durée: 1h 52mn

Présenté par Fred Abrachkoff

Sujet : Henry Van Cleve vient de mourir et se présente spontanément aux portes de l'Enfer afin que le Diable le condamne à y brûler éternellement. En effet, l'homme a été un coureur de jupons sa vie entière. Le maître des lieux ne sait pas encore si Henry mérite sa place auprès de lui, il lui demande donc de lui raconter l'histoire de sa vie, notamment toutes ses aventures avec les femmes...

A travers ce portrait d'un Casanova infantile et attachant, Lubitsch brode une apologie de la félicité conjugale. Il traite de l'amour, du deuil, de la trahison, du plaisir et de la mort avec la pudeur de ceux qui connaissent la fragilité du bonheur
( telerama.fr )

site officiel

Lire les critiques de presses sur allociné

Bande Annonce

 
La Rivière rouge Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail
etoiles
La rivière rouge

De Howard Hawks

Avec John Wayne, Montgomery Clift, Joanne Dru

film Americain - 1949 - genre: Western, Action, Aventure - Durée: 2h 13

Présenté par Fred Abrachkoff

Sujet : Un jeune homme s'oppose a son père adoptif devenu trop dur avec les hommes lors du convoi d'un troupeau de dix mille bêtes qu'ils doivent vendre dans le Missouri.

Depuis La chevauchée fantastique , John Wayne était une star. De son propre avis, c'est ce film-ci qui a fait de lui un acteur véritable. Sous la férule de Hawks, il réussit une étonnante composition de patron paranoïaque, sûr de lui et parfaitement tyrannique. Un homme qui cache ses blessures intérieures sous une carapace d'abominable despote.[...] La rivière rouge est un film au souffle épique qui peint en mémorables séquences, avec une grande intensité et beaucoup de finesse aussi, une histoire à niveau humain. La quintessence du western.
( aVoir-aLire.com )

Lire les critiques de presses sur allociné

Bande Annonce

film programmé du 25 au 25 février 2018 :
di 25 : 20h00 -
 
patrimoine janvier 2018 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

A l'initiative de CINA
Cinémas Indépendants de Nouvelle-Aquitaine

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine

dimanche 14 janvier à 20h00

le Cinéma REX de Chauvigny présente:

Le Pas suspendu de la cigogne

Le Pas suspendu de la cigogne

Un film de Théo Angelopoulos

- italien, français, suisse, grec - 1991 - genre: Drame, Romance - Durée: 2h 23mn
Scénario : Petros Markaris et Tonino Guerra,
Image : Giorgos Arvanitis, Andreas Sinanos Musique : Eleni Karaindrou.
Avec : Marcello Mastroianni homme politique, Jeanne Moreau femme, Gregory Patrikareas Alexander, Nadia Mourouzi petite amie de Alexander, Ilias Logothetis Colonel, Dimitris Poulikakos photographe, Gerasimos Skiadaressis garçon.

Synopsis: Envoyé en reportage près de la frontière grecque, Alexandre, un jeune journaliste, découvre une ville au bout du monde. Les gens du pays la nomment "salle d'attente". La frontière traversée clandestinement, des réfugiés de différentes nationalités y vivent avec un seul rêve en tête : partir pour refaire leur vie ailleurs. Parmi ces réfugiés, Alexandre croit reconnaître une personnalité politique grecque disparue quelques années plus tôt, dans des circonstances et pour des raisons demeurées mystérieuses. Fasciné, Alexandre va mener son enquête.

Il y a quelques années, Theo Angelopoulos était l'un des chouchous des cinéphiles français. A chaque film, ils attendaient – lui aussi d'ailleurs ! – la consécration suprême : une Palme d'or à Cannes. Mais non : Voyage à Cythère, Le Regard d'Ulysse obtenaient des prix, secondaires ou importants, que Theo finissait par recevoir en faisant carrément la gueule. Sa Palme, il ne l'avait pas…
Jusquà ce jour béni de mai 1998 où – ô joie ! – il la reçoit, enfin, pour L'Eternité et un jour. A l'unanimité, qui plus est... Curieusement, c'est au moment de ce triomphe tant attendu que Theo tombe, soudain, en disgrâce. Il l'est aujourd'hui encore : on reprend peu ses films, et lui-même n'a pas beaucoup tourné depuis.
D'où cette occasion à ne pas rater : revoir ou découvrir, Le Pas suspendu de la cigogne. Un film de 1991, qu'il tourne dans une ambiance particulièrement hystérique. Rendu furieux, en effet, par quelques traits impies (lesquels ? on n'en saura jamais rien) qu'il a cru déceler dans le scénario, le pope fou d'une petite ville grecque se met à diffuser, à tue-tête, du haut du clocher de son église, des chants patriotiques et religieux, pour mieux perturber le tournage tout proche. Durant plusieurs semaines, les comédiens ne s'entendent pas parler, les techniciens obéissent aux ordres à contretemps. Le désordre est total...
Angelopoulos est au bord de la crise de nerfs, et son équipe aussi. Seul Marcello Mastroianni réussit à conserver, dans la tourmente, son calme légendaire et sa bonne humeur proverbiale. A l'arrivée, curieusement – paradoxalement –, Le Pas suspendu de la cigogne s'avère l'un des films les plus tendres d'Angelopoulos. Un de ceux où sa révolte, sa colère sont les mieux canalisées. Comme s'il était au bord de l'apaisement… Et pourtant, il y dénonce avec force l'imbécillité des frontières qui emprisonnent, tels des morts vivants, ceux qui les franchissent. C'est l'histoire d'un zombie qu'il raconte, d'ailleurs : celle d'un homme politique qui, des années auparavant, a choisi de se fondre dans le néant – comme s'il passait lui aussi une frontière, mais intérieure, celle-là. C'est ce disparu que cherche à retrouver à tout prix un jeune journaliste.
La plus beau moment du film – un incroyable plan-séquence de 5 minutes 12 secondes ! –, c'est celui où, sur un pont, Jeanne Moreau, l'épouse du disparu, croise Mastroianni en faisant semblant de ne pas le reconnaître. La sensibilité s'allie, alors, à la maîtrise technique : c'est un pur moment de bonheur.

telerama.fr

Fred Abrachkoff

Le film vous sera présenté par Fred Abrachkoff

Auteur, comédien, humoriste, Fred Abrachkoff est aussi cinéphile. Tout petit déjà, il s'abimait les yeux à regarder des films de Hitchcock ou de Duvivier qui passaient très tard, mais moins qu'aujourd'hui. Il en a gardé l'amour des vieux films en Noir et Blanc , qui ne sont même pas forcément parlants. Si ça ne vous dérange pas, il viendra vous présenter les Séances Patrimoine, d'abord parce que ça l'amuse, ensuite parce que c'est pas loin de chez lui, enfin parce que, comme tous les grands malades, il brûle de vous faire partager sa passion !"Et il a même un blog où il parle (souvent !) de cinéma : http://fredabrachkoff.blogspot.fr/
Note : si certains films seront en Noir et Blanc, la présentation sera toujours en couleurs !

Le dimanche 14 janvier à 20h00


nos partenaires:

ADRCafcaeRégion Poitou-CharentesDRAC Poitou-CharentesRegion Nouvelle acquitaine

 
Rue des cascades Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

En partenariat avec
le centre culturel de St Savin


mercredi 10 janvier à 20h00

le Cinéma REX de Chauvigny présente:

RUE DES CASCADES

Rue des cascades

Un film de Maurice Delbez

- 1964 - Durée: 1h 27mn -

Avec: Madeleine Robinson, Serge Nubret, René Lefèvre

Synopsis: Une patronne de bar-épicerie vivant avec son fils rue des Cascades qui tombe amoureuse d'un bel homme d'origine africaine.

Une ode au Paris des villages qui trouve en 2017 une restauration miraculeuse pour retranscrire l’authenticité urbaine d’une époque révolue. Parallèlement, l’œuvre maudite, en avance sur son temps dans sa thématique féministe et communautariste, est un enchantement. Historique !
Portrait sensible de l’enfance et du quartier de Belleville à l’aube des années 1960, Rue des Cascades est l’un des rares films qui évoque la mixité dans ce quartier populaire, où les vagues migratoires n’ont cessé de se succéder et où on a appris à vivre ensemble. Dans un noir et blanc qui n’est pas sans rappeler les photos de DOISNEAU, MAURICE DELBEZ et son scénariste JEAN COSMOS nous permettent de parcourir un Paris éternel maintenant disparu.
La thématique politique, sociale et humaniste est à l’image du quartier choisi pour faire émerger des sentiments complexes, loin des bons sentiments redoutés. L’initiation du petit blondinet - enfant de la veuve esseulée, jeune homme raciste de circonstance qui va apprendre au contact de l’amant de sa mère à accepter la différence -, est touchante. Au-delà de sa petite bouille de "môme de la butte", c’est bien tout le casting jeune en général qui donne une formidable fraîcheur au film pavés de bons sentiments populaires et d’intentions progressistes : une épouse mariée évoque la frustration sexuelle, l’ancienne occupante des maisons closes milite pour la réouverture, l’amant noir s’amuse des stéréotypes que nourrit l’enfant à son égard, et la veuve ne se veut pas condamnée à être la femme d’un homme et de son enfant, et projette son avenir dans les bras d’un autre, plus jeune. Jamais on n’utilise le terme de cougar, si conforme à notre époque : le cinéaste octroie aux genre féminin, le même droit au désir, les mêmes besoins de sensualité que l’homme. Le discours féministe de ces personnalités des quartiers populaires tranche avec l’attitude méprisante qui sera celle des exploitants pudibonds et rétrogrades à la sortie avortée du film... Ils refusèrent pour la plupart de le projeter, estimant les propos trop dévergondés. Rue des Cascades se situe quatre ans avant la révolution culturelle de 68. Paris se construit un nouvel ADN dans les béton des tours et s’apprête à basculer à tout jamais vers la modernité.

avoiralire.com

mercredi 10 janvier à 20h00 au REX
entrée gratuite

Chauvigny cinéma

 
notre prochain coup de coeur Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

notre prochain

coup de coeur

Le Rire de madame Lin

du 25 au 28 janvier

 


Résultats 26 - 30 sur 2724
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional