(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.009572 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Mercredi 17 janvier 2018 08:05:52  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow patrimoine mai 2010
 
patrimoine mai 2010 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

C L A P

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine


mai 2010

Le Cinéma REX de Chauvigny présente:


The Molly Maguires

Le film-patrimoine du mois

The Molly Maguires

de Martin Ritt

Avec: Sean Connery, Richard Harris, Samantha Eggar
d’après l’oeuvre de Arthur H. Lewis

Synopsis: En 1876, dans les mines de charbon de Pennsylvanie, des mineurs sont sans défense, exploités de façon éhontée pour les besoins de l’industrie en plein essor. Une seule consolation dans leur misère, les exploits des «Molly Maguires», société secrète qui venge les injustices faites aux ouvriers. La police décide alors d’infiltrer cette organisation et envoie sur place un détective...

un policier : -“Ce gang est fou. Leur grève a échoué, et ils pensent gagner avec des armes.”
McParlan :-“Ils ne sont pas fous. Ils sont Irlandais.”

Ce drame social inspiré d’une histoire vraie (après un procès bâclé, Jack Kehoe fut pendu en 1877 avec 19 de ses camarades mais réhabilités comme “martyrs de la cause des travailleurs” par l’état de Pennsylvanie en 1978), magnifiquement photographié et mis en scène avec le talent et la sobriété propres au réalisateur américain, décrit de façon très crédible le quotidien d’une communauté minière à la fin du 19ème siècle, tout en livrant une réflexion désabusée sur la condition des individus dans la société. Parmi les plus beaux rôles de Sean Connery et Richard Harris, tous deux magistraux. Avec L’Espion qui venait du froid, probablement le meilleur film de Martin Ritt. - Citizenpoulpe.com

Jeune universitaire, Martin Ritt, très marqué par les injustices sociales qui minent l’Amérique de la crise de 1929, commence à travailler pour des troupes de théâtre engagées politiquement. Cet engagement marque ses films et sa carrière rocambolesque pour les studios. Il est ainsi le seul acteur blanc dans une adaptation théâtrale de Porgy & Bess. Après avoir servi dans l’US Air Force, il tente d’entrer à Hollywood. Black-listé pour ses sympathies communistes et donc indésirable sur les écrans (petits ou grands) il se réfugie à nouveau au théâtre et enseigne à l’Actor’s Studio. Une fois la “chasse aux sorcières” oubliée, Ritt effectue des débuts laborieux. Son premier film, L’Homme qui tua la peur (1957), empreint d’un humanisme profond, est un demi-échec malgré l’estime dont il bénéficie dans la critique. Ce n’est qu’au début des années 60 que son cinéma tragique et social s’affirme, notamment grâce à la rencontre de son acteur fétiche Paul Newman avec lequel il tourne trois de ses meilleures productions : Le Plus sauvage d’entre tous (1963), L’Outrage (1964) et Hombre (1967). Succès commerciaux et critiques s’enchaînant, Ritt poursuit une voie plus personnelle, proche des préoccupations sociales qui l’agitent. Il réalise ainsi des films marqués par sa colère contre les injustices comme The Molly Maguires, Norma Rae (1979) mais qui ne connaissent pas le même succès. Suivent des oeuvres plus ludiques (Le Prête-nom, Cinglée) qui illustrent le talent protéïforme de cet auteur. Jusqu’à Stanley & Iris qu’il termine quelques semaines avant sa mort en 1990.

une seule séance: le dimanche 9 mai à 20h00


nos partenaires:

ADRC ADRC ADRC ADRC C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional