(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.004238 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Mercredi 17 janvier 2018 02:00:10  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow patrimoine février 2011
 
patrimoine février 2011 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

C L A P

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine


février 2011

Le Cinéma REX de Chauvigny présente:

Mr Smith au Sénat

Le film-patrimoine du mois

Mr Smith au Sénat

de Franck Capra

Avec: James Stewart, Jean Arthur, Claude Rains, Edward Arnold
Oscar du meilleur scénario et du meilleur montage

Synopsis: Jefferson Smith, jeune politicien naïf et idéaliste, est élu sénateur aux côtés d’un politicien rompu à toutes les combines. Ils doivent défendre au Congrès le projet portant sur la construction d’un barrage, projet s’annonçant plus que juteux pour certains…

"« Achetez-le ou brisez-le »" Sam Taylor

Il y a dans Mr Smith au Sénat une nostalgie de la pureté et de l’innocence perdues dont la sincérité ne peut qu’émouvoir. Smith est un grand gamin brutalement plongé dans un monde d’adultes, mais sa candeur constitue moins une faiblesse qu’une marque de supériorité morale. Cet « homme décent » égaré parmi les loups est en réalité la figure de l’homme politique idéal tel que le conçoivent les auteurs : sincèrement habité par les principes qu’il est censé défendre, il apparaît comme le tout dernier fidèle d’une religion dévoyée. Il faut également mesurer tout ce que le portrait de S.Taylor, capitaliste sans scrupules achetant les représentants politiques et les journalistes, pouvait avoir de subversif en 1939. Ce personnage est tellement imbu du pouvoir que lui confère sa richesse, qu’il n’hésite pas à recourir aux pires stratagèmes pour arriver à ses fins : intimidation, subornation, musellement de la presse, répression de manifestations, fabrication de fausses preuves, voire recours à la bonne vieille violence physique. Mais pour dérangeante qu’elle puisse sembler, cette fable cherche moins à ébranler le système politique américain qu’à le revivifier. Ambassadeur à Londres, Joseph Kennedy, craignant que les pays de l’Axe ne se servent du film pour discréditer la démocratie américaine, demanda à H.Cohn de la Columbia d’interdire sa diffusion en Europe. Mais ce dernier refusa. Et il fit bien : le film, bien trop subversif, se retrouva interdit dans toutes les dictatures de l’époque (Allemagne, Russie, Italie, Espagne) et suscita l’admiration dans les nations alliées. Mr Smith au Sénat est un film très en avance sur son époque. On peut notamment signaler sa clairvoyance, quand il constate que l’opinion publique s’achète, ou que séduire les enfants, c’est manipuler leurs parents. Car il s’agit bien d’une des oeuvres les plus puissantes qu’ait jamais produit Hollywood. Si le film doit beaucoup au scénario de S.Buchman, alors membre du PC américain (il fut blacklisté à l’époque du maccarthysme), et bien sûr à l’interprétation magistrale de James Stewart, impressionnant en Candide combattant le Goliath financier, Capra vient couronner cette conjonction de talents par une mise en scène d’une impressionnante maîtrise, enchaînant des séquences classiquement théâtrales, et admirablement réglées, avec des moments dignes des films d’avant-garde d’Eisenstein. La visite de Washington multiplie ainsi les collages et les surimpressions, dans un montage éblouissant qui représente sans doute ce que le cinéma américain a produit de plus magnifiquement propagandiste, au sens le moins péjoratif du terme.
Critikat.com

une seule séance: le dimanche 13 février à 20h00

nos partenaires:

ADRC ADRC ADRC ADRC C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional