(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.003918 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Lundi 22 janvier 2018 20:49:49  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow patrimoine octobre 2011
 
patrimoine octobre 2011 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

C L A P

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine


octobre 2011

Le Cinéma REX de Chauvigny présente:

Hombre

Le film-patrimoine du mois

Hombre

de Martin Ritt

Avec: Paul Newman, Fredric March, Richard Boone

Synopsis: Un indien métis, policier dans sa réserve, revient parmi les blancs. Il prend une diligence qui se fait attaquer par des bandits. Très vite, il va devoir s’occuper des passagers et de leurs survies...

« Une force dramatique époustouflante » Critikat

Au début des années 1950, le western ose enfin s’attaquer à la question du génocide indien et de la responsabilité des pionniers dans celui-ci. Delmer Daves, Anthony Mann, Arthur Penn et même John Ford (dans son bouleversant Les Cheyennes) s’attaquent aux fondements du mythe américain et mettent en lumière une culpabilité impossible à exorciser. Martin Ritt, réalisateur éminemment politique, décide d’adapter le roman éponyme d’Elmore Leonard et livre un brûlot sec et impitoyable, d’une force dramatique époustouflante. Le film sera l’un des derniers dans son genre car la décennie suivante et les événements de mai 1968 laisseront cours à une réinterprétation moins rigoureuse des faits historiques pour enfoncer définitivement le clou de la culpabilité.
C’est à travers le voyage des passagers de la diligence qui va prendre l’allure d’une épopée que Martin Ritt va nourrir un discours politique mettant les WASP (White Anglo-Saxons Protestants) face à leurs contradictions morales et leur entière responsabilité dans l’asservissement des minorités. Porteur de cette conscience politique, le personnage joué par Newman aurait pourtant la possibilité de quitter le camp des opprimés puisque son physique le protège de toute discrimination. Et c’est bien là, étonnamment, que le film trouve sa force. Alors qu’on aurait pu craindre que l’absence des Indiens ne limite la légitimité d’un tel projet, le réalisateur va finalement bien plus loin que la dénonciation attendue.
Les codes du western que Martin Ritt maîtrise à la perfection sont rapidement déjoués puisque le mal ne viendra finalement pas de celui qu’on avait identifié comme ennemi commun (l’Indien) mais bien d’autres WASP qui ont tendu une embuscade à ce petit groupe. Chacun des personnages, confrontés à un point-limite de son existence (survivre ou mourir), va finalement révéler sa véritable nature (les premières scènes du film révélaient déjà une dureté et un individualisme évidents dans les rapports humains).
La scène finale est un modèle de climax tant la tension est maintenue à un niveau maximal pendant de très longues minutes, Martin Ritt jouant sur l’étirement d’une scène dont on ne voit jamais quelle pourrait en être l’issue.

Clément Graminiès - Critikat

Hombre est l’adaptation d’un roman éponyme d’Elmore Leonard dont plusieurs écrits ont été portés à l’écran; qu’il s’agisse de westerns (3 heures 10 pour Yuma, L’Homme de l’Arizona) ou de polar (Jackie Brown, Hors d’atteinte...).

une seule séance: le dimanche 9 octobre à 20h00

nos partenaires:

ADRC afcae Région Poitou-Charentes DRAC Poitou-Charentes C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional