(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.008690 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Vendredi 19 janvier 2018 18:21:20  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow Ciné-débat Waste Land
 
Ciné-débat Waste Land Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

Ciné-débat

en partenariat avec le SIMER

Waste Land

19 novembre 2013

le Cinéma REX de Chauvigny présente:

Waste Land

Waste Land

Un film de Lucy Walker

film britanique, brésilien - 2011 - Documentaire - 1h 38mn

Synopsis: Pendant trois ans, Waste Land suit l’artiste brésilien Vik Muniz de Brooklyn, où il vit, à Jardim Gramacho en banlieue de Rio de Janeiro. Dans la plus vaste décharge du monde, il retrouve son Brésil natal pour un projet artistique inédit : photographier les « catadores » (les ramasseurs de déchets recyclables) dans des mises en scènes composées à partir d’objets et matériaux rescapés des poubelles. Tout au long de cette aventure, le projet va prendre une toute autre dimension. Au fur et à mesure de sa collaboration avec ces personnages hors du commun, Vik va saisir tout le désespoir et la dignité des catadores, alors même qu’ils parviennent à réinventer leur vie en prenant part à son œuvre d’artiste. Produit par Fernando Meirelles et rythmé par les mélodies de Moby, le film de Lucy Walker propose une réflexion sur la responsabilité de l’artiste envers son environnement et sur l’idée utopique qu’une œuvre peut parfois changer une vie. WASTE LAND nous offre la preuve éclatante du pouvoir de l’art, au delà de la frénésie des cotes des artistes contemporains, redonnant ainsi un nouveau sens à la valeur de l’œuvre.

La crème des galeries d'art et le quart-monde des chiffonniers : en voilà un choc des cultures. D'un côté, Vik Muniz, né dans un quartier pauvre de São Paulo et résidant à Brooklyn, connu pour ses recréations de toiles fameuses à base de matériaux insolites — notamment une Mona Lisa en beurre de cacahuète. De l'autre, une poignée de catadores (« trieurs »), réunis en association, recyclant les déchets déversés dans la gigantesque décharge où échouent 70 % des ordures de Rio de Janeiro. Modèle de réussite contre rebuts de la société, Vik Muniz et les trieurs se retrouvent pourtant à travailler ensemble, le temps de mener à bien un projet fou : faire surgir d'un monceau d'immondices, des portraits bouleversants d'humanité.
Le travail de Vik Muniz évolue en même temps que sa relation avec ses « modèles », hommes et femmes qui préfèrent encore passer leurs journées dans les ordures plutôt que de dealer ou de se prostituer. Le film vaut pour ses personnages, du charismatique fondateur de l'association à la cuisinière de la décharge, mère nourricière des bas-fonds. L'autre intérêt de Waste Land est d'affronter toute l'ambiguïté de la démarche de Vik Muniz. Naïve, voire condescendante au début, elle se complexifie au fur et à mesure, soulevant de vraies questions éthiques. A-t-on le droit d'esthétiser la misère, fût-ce dans un but charitable ? N'est-ce pas démagogique, obscène même, d'associer les plus pauvres à un projet artistique qui peut bouleverser leur vie sans la changer vraiment ? —

Mathilde Blottière

la projection sera suivie d'un débat animé par l'association déchets d'arts et Claire Grandin du SIMER

L'association déchets d'arts est née en janvier 206 d’une réflexion écologique et philosophique sur le déchet, Elle mutualise les disciplines artistiques complémentaires de singuliers recréateurs sur la sensibilisation au réemploi des déchets et la conception d’une gamme contemporaine d’objets de maison et d’accessoires de mode.
Ses missions:
- Donner une autre vie au déchet
Collecter et réutiliser des matériaux abandonnés : tri de poubelles, de tiroirs, de placards, trésors de promenades… et autres fin de séries.
- Induire des comportements éco-responsables
Émerveiller pour éveiller au tri des déchets lors de prestations de sensibilisation : ateliers récréatifs, performances et expositions itinérantes.

Le mardi 19 novembre 2013 à 20h30 - Entrée gratuite

Venez nombreux!

CNC Le Rex Chauvigny Simer

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional