(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.003131 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Mercredi 17 janvier 2018 02:08:47  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow patrimoine janvier 2014
 
patrimoine janvier 2014 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine


janvier 2014

Le Cinéma REX de Chauvigny vous propose:

Les Sept Samouraïs

Le film-patrimoine du mois

Les Sept Samouraïs

de Akira Kurosawa

JAPON / aventure / 1954 / 3h26 / VOST -
Réalisation, Montage et Scénario : Akira Kurosawa
Directeur photo : Asazaku Nakai / Expert sabre : Y. Sugino / Expert archer : L. Kaneko
Avec: Toshirô Mifune, Takashi Shimura, Kamatari Fujiwara, Daisuke Katô, Isao Kimura, Minoru Chiaki, Seiji Miyaguchi, Keiko Tsuhima (la jeune fille), Yukiko Shimakazi (l’épouse)

Synopsis: Dans le Japon du XVIe siècle, soumis aux guerres de clans et aux pillages, viols et meurtres, les paysans sont continuellement victimes de bandes de voleurs.
Les hommes d’un petit village entouré de rizières, craignant l’arrivée prochaine de pillards, décident de solliciter l’aide d’un guerrier sage et respecté, un ronin* nommé Kombei, auquel se joignent peu à peu d’autres combattants d’expérience, un jeune disciple et un trublion nommé Kukichiyo...
*samouraï errant, sans maître

Lion d’argent Mostra de Venise 1954

On peut distinguer deux types de comportement ou d’énergie à l’oeuvre chez Kurosawa : le tempérament fougueux, qui a besoin d’être canalisé ou domestiqué (l’apprenti samouraï dans Les 7 samouraïs) jusqu’au professeur de Madadayo.
Parfois, Kurosawa inverse la donne, avec le maître fou et l’élève trop sage, converti à son audace (Barberousse).
Le cinéma de Kurosawa aime le sens de l’action et sa valeur et fait de l’exercice d’un métier le révélateur moral de la signification de l’existence et l’enjeu de sa perpétuation, la transmission étant heureuse (Barberousse) ou catastrophique (Ran).
C’est dans le monde des arts martiaux que le critique politique se fait plus explicite car ailleurs, la figure du chaos, du cataclysme (bombe atomique comprise), reste une entité abstraite, sauf dans le cadre des guerres de clans (Kagemusha, Ran), Kurosawa étant obsédé par l’autodestruction (les guerres civiles), la façon dont le code d’honneur guerrier peut conduire au suicide collectif d’une nation. Dans Les 7 samouraïs, outre des ronins qui mettent le talent de leur fonction au service de paysans, Kurosawa montre un combat fratricide contre d’autres ronins, pilleurs de villages, indignes des valeurs qu’ils sont supposés transmettre. Ce combat pour des valeurs, Kurosawa l’estime nécessaire, tout en sachant qu’il peut mener au désastre et entraîner l’humanité dans la spirale de sa perte. Ce mélange de confiance et de doute colore secrètement son oeuvre, lui donne son rythme, sa tonalité singulière. Pour s’être tenu des deux côtés, avoir filmé des deux bords, le cinéma de Kurosawa a regardé ce que peu de cinéastes ont vu.

In Akira Kurosawa ou le sens de l’action Cinémathèque française 2010

Sa poésie, avec une semblable élégance des attitudes, ces paysages accordés à la noblesse des visages, ces mêmes jonchées de fleurs vivantes, une fille-fleur, aussi, qui nous fait rêver. Avec, surtout, ce choix heureux du détail visuel, ce sens de la spécificité cinématographique qui n’a point de patrie mais que certains créateurs inspirés se passent comme un secret dont les prestiges se surajoutent à ceux qu’ils doivent à leur culture nationale.
Claude Mauriac, Le Figaro littéraire, décembre 1955

Bien des metteurs en scène d’Hollywood envieraient les galops des guerriers, sabre au clair, et les combats corps à corps minutieusement réglés dans lesquels s’affrontent quelques centaines de personnages. Ils envieraient jusqu’au suspense de cette épopée de cape et d’épée qui rejoint jusque dans ses puérilités et ses insuffisances les plus valables des westerns.
France Soir, décembre 1955

Projet extrêmement ambitieux tourné au printemps 1953 dans des conditions très difficiles, soumis à d’importants dépassements de budget et de temps, distribué à l’étranger dans des versions furieusement amputées (jusqu’à 2h10 au lieu des 3h26 de la version intégrale !), les 7 samouraïs auraient bien pu se transformer en un tombeau cinématographique pour son réalisateur. On en connaît d’autres – Michael Cimino avec La Porte du Paradis – qui chutèrent et ne se relevèrent pas. L’incontestable succès international du film (récompensé à Venise avec, excusez du peu, La Strada de Fellini et Sur les Quais de Kazan!) aura toutefois conforté le statut de son auteur, élevé au rang de maître du 7e Art nippon.
L’influence des 7 samouraïs fut telle qu’Hollywood ne tarda pas à s’en emparer: dès 1960, Yul Brynner, Steve McQueen, Charles Bronson, James Coburn et quelques autres contribuèrent à transposer le sujet, sous la direction de John Sturges, d’un village montagneux du pays du Soleil levant à la poussière brûlante d’un hameau mexicain (Les 7 Mercenaires).
Superbement restaurée, cette version intégrale laisse tout son souffle et sa complexité au propos. Étude de caractère, réflexion sur l’art de la guerre, confrontation de classes, résistance à la fatalité, amours impossibles et amères victoires… Avec ce spectacle aussi éblouissant qu’haletant, Kurosawa offre une magnifique méditation sur le destin, le libre-arbitre et le sens de la vie.
Arnaud Schwartz, La Croix, juillet 2013

Fred Abrachkoff

Le film vous sera présenté par Fred Abrachkoff

Auteur, comédien, humoriste, Fred Abrachkoff est aussi cinéphile. Tout petit déjà, il s'abimait les yeux à regarder des films de Hitchcock ou de Duvivier qui passaient très tard, mais moins qu'aujourd'hui. Il en a gardé l'amour des vieux films en Noir et Blanc , qui ne sont même pas forcément parlants. Si ça ne vous dérange pas, il viendra vous présenter les Séances Patrimoine, d'abord parce que ça l'amuse, ensuite parce que c'est pas loin de chez lui, enfin parce que, comme tous les grands malades, il brûle de vous faire partager sa passion !" Et il a même un blog où il parle (souvent !) de cinéma : http://fredabrachkoff.blogspot.fr/
Note : si certains films seront en Noir et Blanc, la présentation sera toujours en couleurs !

Une seule séance: vendredi 24 janvier à 20h30

nos partenaires:

ADRC afcae Région Poitou-Charentes DRAC Poitou-Charentes C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional