(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.004479 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Dimanche 21 janvier 2018 13:11:10  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow patrimoine février 2014
 
patrimoine février 2014 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine


février 2014

Le Cinéma REX de Chauvigny vous propose:

Lettre d'une inconnue

Le film-patrimoine du mois

Lettre d'une inconnue

de Max Ophüls

USA / drame, romance / 1948 / 1h26 / N&B / VOST
Scénario : Max Ophüls et Howard Koch d’après l’oeuvre de Stephan Zweig
Directeur de la photographie : Franz Planer / Musique : Liszt, Mozart, Wagner
Avec: Joan Fontaine (Lisa Berndle), Louis Jourdan (Stefan Brand), Mady Christians, Marcel Journet, Art Smith, Carol Yorke, John Good.

Synopsis: Vienne, début du siècle dernier.
Stefan Brand, pianiste de renommée mondiale, n’est plus un sémillant jeune homme mais un adulte aux tempes grises, un homme usé par la vie. Le duel qui l’attend le lendemain peut lui être fatal et il cherche donc à l’éviter et à fuir. C’est cette peur devant les responsabilités et devant la vie en général que va lui rappeler de la plus tragique manière la lettre de Lisa Berndle, une femme dont il ne se souvient même plus. Une de ses nombreuses conquêtes disparues avec son passé. Il a oublié cette femme alors que son fidèle domestique, John, s’en souvient au contraire.

Dans une interview accordée en 1957 à Jacques Rivette et François Truffaut -alors critiques aux Cahiers du cinéma- le cinéaste évoquait les circonstances peu banales dans lesquelles il a convaincu le président d’Universal Bill Goetz de tourner cette adaptation de Zweig : “Pour lui parler en toute tranquillité, je savais combien il était difficile d’obtenir un rendez-vous ; et il y a toujours le téléphone pour interrompre les conversations. Mais il y a un bain turc au studio et je me suis arrangé pour prendre un bain de vapeur en même temps que lui. Tout nu, sous les douches, je l’ai entrepris sur Lettre d’une inconnue ; je lui disais que j’étais le seul metteur en scène au monde à pouvoir faire ce film, et il me répondait simplement, en hochant la tête : Why not. Et voilà”.
Howard Koch fut notamment le scénariste de Sergent York de Howard Hawks et Casablanca de Michael Curtiz, avant d’être une des victimes hollywoodiennes du maccarthysme et de partir pour l’Europe, où il travaillera sous le pseudonyme de Peter Howard.
Lettre d’une inconnue marque la troisième collaboration de Max Ophüls avec le chef-opérateur Franz Planer. Celui-ci avait en effet déjà travaillé sur Liebelei tourné en Allemagne, puis sur la première expérience américaine d’Ophüls, L’Exilé. Lettre d’une inconnue fait partie de ces films qui me font dire : ”voilà pourquoi…“ Voilà pourquoi j’aime le cinéma de cette époque : parce que, pendant un court instant, calée sur un fauteuil, dans une salle obscure, je suis transportée dans un temps révolu… je perds toute notion du moment présent et de l’espace. Je redeviens une petite fille, les yeux écarquillés, subjuguée par la beauté des acteurs, des décors et des costumes et que, contrairement à une majorité de gens, le noir et blanc a un charme absolu et inégalable à mes yeux.

Le deblocnot de Foxy Lady

Deuxième film américain d’Ophüls, cette oeuvre dont chaque plan est ”signé“ prouverait, s’il en était besoin, les étonnantes facultés d’adaptation d’Ophüls et l’incroyable aptitude du système hollywoodien à accueillir d’où qu’il vienne le talent le plus personnel et à lui donner les moyens de s’épanouir. Ophüls n’a jamais été plus lui-même que dans cette Vienne admirablement reconstituée en studio. Il y dessine un portrait de femme amoureuse dont la délicatesse et la mélancolie glissent lentement et inexorablement vers le sublime. La caméra ophülsienne se promène dans les couloirs des maisons, remonte les escaliers, longe les quais des gares, passe d’un personnage à l’autre avec autant de virtuosité que de naturel. C’est le triomphe de ce baroque fluide qui capte et communique au public les émotions les plus intimes des personnages à partir de leurs évolutions et de leurs déplacements dans l’espace. Dans leur jeu de cache-cache à travers le temps, l’espace et les ombres de la mémoire, Lisa et Stefan représentent le couple parfait de la gravité et de la futilité : il existe entre eux une attirance, une fascination mais aussi une irrémédiable incompatibilité. La peinture de Lisa est aussi peu conventionnelle que possible. Son intensité, sa profondeur sont égales dans toutes les scènes mais celle de sa première rencontre, avec Stefan est particulièrement inoubliable. La peinture de Stefan n’a pas moins de finesse et, de relief, l’image de la frivolité étant peut-être encore plus difficile à saisir que celle de la dévotion incarnée par Lisa. Stefan ressemble par certains côtés à “l’homme fille” que décrit Maupassant dans le texte qui porte ce titre. C’est aussi un dandy wildien et décadent dont l’usure intérieure n’a pas encore abîmé les traits. L’art d’Ophüls est ici à son comble, jouant aussi bien sur les dialogues et sur l’interprétation que sur l’utilisation du décor et du montage. Voir aussi le superbe fondu entre le plan de Lisa s’éloignant de dos hors de la gare (où elle vient de quitter Stefan) et celui de la religieuse s’avançant face à la caméra vers le lit d’où Lisa a accouché. Par une telle liaison entre deux séquences, à la fois simple, bouleversante et inattendue, Ophüls révèle comme tout grand metteur en scène sa nature de démiurge, son aptitude à être, dans son récit le maître du temps aussi bien que des émotions du spectateur.
Jacques Lourcelles, Dictionnaire des films

Fred Abrachkoff

Le film vous sera présenté par Fred Abrachkoff

Auteur, comédien, humoriste, Fred Abrachkoff est aussi cinéphile. Tout petit déjà, il s'abimait les yeux à regarder des films de Hitchcock ou de Duvivier qui passaient très tard, mais moins qu'aujourd'hui. Il en a gardé l'amour des vieux films en Noir et Blanc , qui ne sont même pas forcément parlants. Si ça ne vous dérange pas, il viendra vous présenter les Séances Patrimoine, d'abord parce que ça l'amuse, ensuite parce que c'est pas loin de chez lui, enfin parce que, comme tous les grands malades, il brûle de vous faire partager sa passion !" Et il a même un blog où il parle (souvent !) de cinéma : http://fredabrachkoff.blogspot.fr/
Note : si certains films seront en Noir et Blanc, la présentation sera toujours en couleurs !

Une seule séance: dimanche 23 février à 20h00

nos partenaires:

ADRC afcae Région Poitou-Charentes DRAC Poitou-Charentes C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional