(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.002916 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Mercredi 17 janvier 2018 02:01:04  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow patrimoine avril 2014
 
patrimoine avril 2014 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine


avril 2014

Le Cinéma REX de Chauvigny vous propose:

L'homme qui aimait les femmes

Le film-patrimoine du mois

L'homme qui aimait les femmes

de François Truffaut

France / drame / 1977 / 2h
Scénario :Scénario : François Truffaut, Suzanne Schiffman, Michel Fermaud
Photo : Néstor Almendros / Montage : Martine Barraqué / Musique : Maurice Jaubert
Avec: Charles Denner (Bertrand Morane), Geneviève Fontanel, Brigitte Fossey, Nathalie Baye, Leslie Caron, Nelly Borgeaud, Valérie Bonnier, Sabine Glaser, Jean Dasté

Synopsis: Au lendemain de Noël 1976, un long cortège de femmes suit un catafalque au cimetière de Montpellier. Elles enterrent Bertrand Morane mort dans un accident de la route alors qu’il cavalait après une envoûtante inconnue, à peine aperçue mais aussitôt désirée. Car Morane était avant tout un séducteur.
Ces belles qui l’accompagnent à sa dernière demeure, le défunt les a toutes aimées, avec une émotion égale, une sincérité intense et un appétit insatiable. Il y en eut tant qu’il les a énumérées dans un manuscrit qui a attiré sur lui l’attention de Geneviève, lectrice chez un éditeur...

“Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tout sens, lui donnant son équilibre et son harmonie...”

Au générique de fin, des jambes de femmes déambulent devant une rangée de livres. Ce plan résume ce film où Truffaut allie amour des mots et des femmes. Comme dans Baisers volés ou L’Argent de poche, le cinéaste filme en séquences courtes et énergiques. Et, parce que le film est avant tout un hommage à toutes les femmes, qu’elles soient blondes, brunes ou rousses, jeunes ou vieilles, sages ou aventureuses, il est à mille lieues du portrait complaisant d’un don Juan.

“Mais qu’est-ce qu’elles ont ces femmes ? Qu’est-ce qu’elles ont de plus que toutes celles que je connais ? et bien justement ce qu’elles ont de plus, c’est qu’elles sont des inconnues…”

Morane aime les femmes pour ce qu’elles sont, non pour lui-même. Davantage qu’un séducteur invétéré, c’est un grand enfant à la quête del’éternel féminin, et plus encore de “l’éternelmaternel”. Chez Truffaut, l’amour des femmes fait toujours resurgir la figure originelle, et cruellementabsente, de la mère. Cette blessure donne une humanité à la fois tragique et joyeuse à ce tourbillon de conquêtes. Les maîtresses de Morane qui se rendent sur sa tombe n’ont rien de tristes veuves : ce sont des femmes à qui l’amour d’un homme et le regard d’un cinéaste ont donné la grâce.

Claire Vassé, Télérama

“Mais qui sont toutes ces femmes ? où vont-elles ? a quel rendez-vous ? Si leur coeur est libre, alors leur corps est à prendre, il me semble que je n’ai pas le droit de laisser passer la chance…”

François Truffaut :
“Le cinéma est un art de la femme, c’est-à-dire de l’actrice.
Le travail du metteur en scène consiste à faire faire de jolies choses à de jolies femmes, et, pour moi, les grands moments du cinéma sont la coïncidence entre les dons d’un metteur en scène et ceux d’une comédienne dirigée par lui : Griffith et Lillian Gish, Sternberg et Marlène, Fritz Lang et Joan Bennett, Renoir et Simone Simon, Hitchcock et Joan Fontaine, Rossellini et Magnani, Ophüls et Danielle Darrieux, Fellini et Guilietta Masina, Vadim et Bardot, Otto Preminger et Jean Seberg”.

“Nous avons écrit, Suzanne Schiffman, Michel Fermaud et moi, le scénario de L’homme qui aimait les femmes, à l’intention de Charles Denner et par admiration pour lui. J’ai demandé à Brigitte Fossey, Leslie Caron, Nelly Borgeaud, Geneviève Fontanel, Nathalie Baye, Sabine Glaser, Valérie Bonnier et de nombreuses belles Montpelliéraines d’être celles qu’il a tenues dans ses bras. Si une phrase pouvait servir de dénominateur commun aux amours de Bertrand, ce serait celle-ci, de Bruno Bettelheim dans La Forteresse Vide : “Il apparut que Joey n’avait jamais eu de succès auprès de sa mère”.

Jacques Prévert à propos de Maurice Jaubert, compositeur :
“Il travaillait comme un ouvrier. Les metteurs en scène l’appelaient pour travailler avec lui. Sa musique devenait de plus en plus belle. Une musique pleine d’amour, de tendresse, de compassion pour les plaisirs et les malheurs du monde ; pleine de révoltes aussi pour la misère des hommes. Parce qu’il comprenait le cinéma, le cinéma devenait plus sûr de lui… alors, ceux qui méprisaient le cinéma, ceux pour qui le cinéma n’était pas un art, s’intéressaient quand même à lui, car bien que n’étant pas un art, le cinéma c’est tout de même, ce qui n’est pas à négliger, une industrie. Ils se résignèrent alors en haussant les épaules et en soupirant, en proposant à leur tour de la musique de films, de la musique de droit d’auteur”.

Fred Abrachkoff

Le film vous sera présenté par Fred Abrachkoff

Auteur, comédien, humoriste, Fred Abrachkoff est aussi cinéphile. Tout petit déjà, il s'abimait les yeux à regarder des films de Hitchcock ou de Duvivier qui passaient très tard, mais moins qu'aujourd'hui. Il en a gardé l'amour des vieux films en Noir et Blanc , qui ne sont même pas forcément parlants. Si ça ne vous dérange pas, il viendra vous présenter les Séances Patrimoine, d'abord parce que ça l'amuse, ensuite parce que c'est pas loin de chez lui, enfin parce que, comme tous les grands malades, il brûle de vous faire partager sa passion !" Et il a même un blog où il parle (souvent !) de cinéma : http://fredabrachkoff.blogspot.fr/
Note : si certains films seront en Noir et Blanc, la présentation sera toujours en couleurs !

Une seule séance: dimanche 27 avril à 20h00

nos partenaires:

ADRC afcae Région Poitou-Charentes DRAC Poitou-Charentes C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional