(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.004772 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Samedi 20 janvier 2018 00:11:15  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow patrimoine avril 2015
 
patrimoine avril 2015 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine


Dimanche 19 avril 2015

Le Cinéma REX de Chauvigny vous propose:

Monsieur Klein

Le film-patrimoine du mois

Monsieur Klein

de Joseph Losey

France Italie Angleterre / Drame / 1976 /2h03
Scénario : Franco Solinas / Directeur de la photo : Gerry Fisher, Pierre-William Glenn Compositeur : Egisto Macchi, Pierre Porte / Décors : Alexandre Trauner
Avec: Alain Delon (Robert Klein), Jeanne Moreau (Florence), Michaele Lonsdale (Pierre) Juliet Berto (Janine), Francine Bergé (Nicole), Suzanne Flon (la concierge), Jean Bouise Monsieur Klein .

Synopsis: Paris, 1942. Dans la France occupée par les Allemands, Robert Klein, un affairiste alsacien catholique qui profite avec cynisme du besoin d’argent des Juifs qui souhaitent fuir le pays, est victime d’une confusion d’identité avec un homonyme juif. Voulant clarifier la situation auprès des autorités, Robert Klein s’enfonce tout seul dans un cauchemar administratif kafkaïen qui le conduira à partager le destin funeste de son double invisible, en ne cessant jamais de vouloir le retrouver...

CESAR 1977 du meilleur Film Français du meilleur Réalisateur des meilleurs Décors

Premier film français de Joseph Losey, Monsieur Klein est, selon son auteur, “une fable en guise d’avertissement”. Plongeant Klein dans un cauchemar crépusculaire, Joseph Losey livre une réflexion sur l’identité, son obtention, sa quête et sa perte. Indifférent aux autres, Monsieur Klein profite des conséquences de l’occupation allemande pour faire des affaires. Pris pour un autre Klein (juif et résistant), il se débat pour prouver son identité, mais l’appareil bureaucratique est en marche : plus il se débat, plus il est suspect. Alors il enquête sur cet autre Klein, découvre les lieux et les gens qu’ils fréquentent, son milieu…
Losey dessine progressivement un Klein n°2 introuvable mais bien plus réel que le personnage d’Alain Delon. À la recherche de son homonyme, Klein poursuit sa propre identité et interroge sa propre culpabilité. Prisonnier de sa quête, il finira par s’approprier peu à peu l’identité et le destin du Klein n°2. Film sur la dépossession de soi, mais également analyse de l’État policier, Losey intègre à Monsieur Klein des plans abstraits des services de renseignements à l’oeuvre, de la mise en place de la rafle du Vél’ d’Hiv’ : pendant que Klein se perd dans une quête sans fin, le “rouleau compresseur détruit lentement mais sûrement”.
Monsieur Klein offre à Alain Delon (également producteur du film) un de ses plus beaux rôles. Joseph Losey avait un profond respect pour l’acteur et une juste analyse de l’homme et de son rôle : “Ce personnage est très complexe, et Alain est aussi – c’est mon avis, qu’il ne partage peut-être pas – une personnalité assez autodestructrice et à la recherche de sa propre identité. Tous les aspects de sa vie sont d’une grande complexité et souvent contradictoires”.

Michel Ciment, Kazan, Losey – Entretiens, Stock

Laissant toute sa place au propos kafkaïen, Joseph Losey adopte une mise en scène sobre. Les décors de Trauner sont – comme toujours – sublimes, et la photo de Gerry Fisher, aux couleurs à la limite du noir et blanc, donne au film une atmosphère très particulière. Losey a évité en particulier deux écueils majeurs : celui de la reconstitution réaliste et celui de la parabole abstraite. C’est contrairement à ce que lui ont reproché certains, cette double démarche à la recherche d’une stylisation du réel et d’une aura fantastique qui fait de cette parabole kafkaïenne la plus terrible accusation que l’on ait portée sur une certaine France.

Michel Ciment, Positif, n° 183/184, juillet-août 1976

Pour la scène du Vel’ d’Hiv’, Losey fait appel à plusieurs associations juives pour trouver quelques milliers de figurants. Le premier jour de tournage, bouleversés par le réalisme de la scène, les plus âgés renonceront.

Michel Ciment, Kazan, Losey – Entretiens, Stock

A propos de Losey : Losey était communiste et Américain. C’est à l’initiative de Mankiewicz et parce qu’il était solidaire d’autres cinéastes et scénaristes, qu’il a menti et signé un serment de loyauté affirmant qu’il n’était pas communiste, ce qu’il a toujours regretté et considéré comme une manière indirecte de justifier la liste noire. Il pensait qu’il aurait suffi qu’une poignée de cinéastes revendique leurs idées pour empêcher la chasse aux sorcières. En raison du maccarthysme, il a été contraint à l’exil en Italie, puis en Angleterre où il a travaillé sous une fausse identité. Il a dû réaliser des oeuvres de commande apportant le meilleur de lui-même et n’a jamais cessé de tourner et de se battre pour faire simplement son travail. Il n’était pas juif, ni français, mais il était concerné profondément par la question de l’identité et de l’exil et du regard des autres sur la différence.

Le Livre de Losey, Michel Ciment, Stock

D’après le dossier de présentation réalisé pour le festival Lumière : www.festival-lumiere.org

Fred Abrachkoff

Le film vous sera présenté par Fred Abrachkoff

Auteur, comédien, humoriste, Fred Abrachkoff est aussi cinéphile. Tout petit déjà, il s'abimait les yeux à regarder des films de Hitchcock ou de Duvivier qui passaient très tard, mais moins qu'aujourd'hui. Il en a gardé l'amour des vieux films en Noir et Blanc , qui ne sont même pas forcément parlants. Si ça ne vous dérange pas, il viendra vous présenter les Séances Patrimoine, d'abord parce que ça l'amuse, ensuite parce que c'est pas loin de chez lui, enfin parce que, comme tous les grands malades, il brûle de vous faire partager sa passion !" Et il a même un blog où il parle (souvent !) de cinéma : http://fredabrachkoff.blogspot.fr/
Note : si certains films seront en Noir et Blanc, la présentation sera toujours en couleurs !

Une seule séance: dimanche 19 avril 2015 à 20h00

nos partenaires:

ADRC afcae Région Poitou-Charentes DRAC Poitou-Charentes C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional