(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.003123 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Mercredi 17 janvier 2018 02:05:20  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow News arrow patrimoine septembre 2015
 
patrimoine septembre 2015 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine

27 septembre 2015 à 20h

le Cinéma REX de Chauvigny présente:

Un frisson dans la nuit

Un frisson dans la nuit

Un film de Clint Eastwood

USA - 1972 - genre: thriller - Durée: 1h 42mn
Scénario : Jo Heims et Dean Riesner,
Photographie : Bruce Surtees, Compositeurs: Dee Barton, Errol Gardner (Misty), Ewan McColl (The first time I saw your face)
Avec: Clint Eastwood (Dave Garver), Jessica Walter (Evelyn Draper), Don Siegel (Murphy) Donna Mills (Tobie Williams), John Larch (Sgt McCallum), Clarice Taylor (Birdie) ...

Synopsis:Monterey. Dave Garver, populaire DJ d’une station de radio locale, anime le soir une émission musicale. Quotidiennement une auditrice inconnue lui demande au téléphone de jouer pour elle Misty, la chanson d’Erroll Garner. Un soir, au bar où il se rend après l’émission, il remarque une jeune femme brune, Evelyn Draper. Sa petite amie Tobie l’ayant plaqué, Dave est donc disponible pour des aventures sans lendemain; il drague Evelyn qui lui propose de passer la nuit avec elle...

Ce film n’a qu’un défaut... Il lui manque le nom d’Hitchcock. (John Cassavetes)

Passer à la réalisation n’est pas chose aisée pour un acteur, surtout quand celui-ci a pour prénom Clint et que sa popularité dépasse (en tout cas en 1971) son registre d’interprétation. C’est notamment grâce au soutien de son ami Don Siegel (Les Proies, L’Inspecteur Harry) qu’Eastwood va enfin pouvoir s’affirmer comme un acteur versatile et un réalisateur talentueux, capable de se plier aux exigences de la production. Un frisson dans la nuit marque ainsi les débuts d’un cinéaste humble et conscient de l’influence de ses deux maîtres, Sergio Leone et Don Siegel, auxquels il dédiera Impitoyable.
De ses tournages européens avec Leone, Eastwood aura sans doute retenu l’économie de moyens et la dimension que procurent les décors naturels. De ceux avec Don Siegel, l’énergie, le rythme et une représentation binaire des femmes (voir pour cela Les Proies). Indépendamment de sa filiation avec ces deux réalisateurs, sa présence presque solennelle en couverture du magazine américain Jazztimes de septembre dernier ne fait que confirmer l’engouement de Clint Eastwood pour le jazz. À cette occasion, il est étonnant de découvrir que cette passion soit revendiquée dès son premier film. D’une certaine façon, elle traduit un rapport plus sensoriel qu’idéologique à l’Amérique et dépasse la notion d’hommage ou de fanatisme.

Donald Devienne, critikat.com
Les fans de jazz vous le diront : Misty est un des sommets de l’art d’Erroll Garner, une mélodie qui recèle des trésors, des silences impromptus, des langueurs qui frisent la dissonance. Sous la love song romantique, l’inconnu, le mystère de l’improvisation “garnérienne”, avec son décalage caractéristique entre la main droite et la main gauche. Le film témoigne de la même ambiguïté : sous l’apparente paix de la petite ville californienne couve la violence.
Télérama
Plutôt que de privilégier un tournage dans les studios hollywoodiens, Eastwood a choisi de réaliser tout son film dans des décors réels, dans un endroit qu’il connaît bien, au sud de San Francisco, entre Monterey et Big Sur. Une côte rocheuse, escarpée, parsemée de maisons dont le caractère isolé aide à alimenter le suspense. Entre Monterey et Big Sur, une localité, Carmel-by-the-Sea, dont Eastwood sera le maire de 1986 à 1988. Carmel, dont la station de radio qui emploie le DJ nocturne existe réellement, sous le même nom que dans le film : KRML. Monterey, dont le restaurant “The Sardine Factory”, dans lequel Eastwood a tourné, existe toujours. La beauté de la côte californienne que Eastwood met en valeur au mitan du film lors d’une scène de ballade romantique sur fond de The First Time Ever I Saw Your Face, chanson écrite par le britannique Ewan MacColl, objet de plus 100 reprises, dont celle de Roberta Flack qu’on entend ici. Une scène destinée à faire baisser la tension entre deux séries de scènes haletantes, suivie, dans la même optique, par un passage au Festival de Jazz de Monterey : dès sa première réalisation, Clint Eastwood tenait à montrer son amour pour la musique et, plus particulièrement, pour le jazz. Pendant quelques minutes, le film devient un véritable documentaire avec la prestation du groupe de Johnny Otis interprétant Willie and the Handjive et celle du saxophoniste Cannonball Adderley et du pianiste Joe Zawinul. C’est cette façon particulièrement habile de faire monter petit à petit la tension jusqu’au paroxysme, puis de la faire redescendre pour repartir de plus belle, qui fait la grande force du film. Certes, c’est classique, mais c’est ici particulièrement réussi.
critique-film.fr
Si votre coeur est délicat, si vous êtes émotif, évitez la première oeuvre d’Eastwood. Attendez la prochaine, il s’est tellement défoulé avec Un frisson dans la nuit qu’il ne doit plus rester, dans son âme torturée, qu’onction et suavité.
Odile Grand, L’Aurore, avril 1972
Le film est noir et cruel. De ce fait, il est rythmé par le suspense et vaut bien des oeuvres policières. Jusqu’à la fin on attend une conclusion qui demeure imprévisible. Et c’est là que réside aussi beaucoup l’intérêt de ce film auquel il faudrait pardonner une audace un peu prétentieuse et malhabile.
Christine de Montvalon, Télérama, janvier 1972

Fred Abrachkoff

Le film vous sera présenté par Fred Abrachkoff

Auteur, comédien, humoriste, Fred Abrachkoff est aussi cinéphile. Tout petit déjà, il s'abimait les yeux à regarder des films de Hitchcock ou de Duvivier qui passaient très tard, mais moins qu'aujourd'hui. Il en a gardé l'amour des vieux films en Noir et Blanc , qui ne sont même pas forcément parlants. Si ça ne vous dérange pas, il viendra vous présenter les Séances Patrimoine, d'abord parce que ça l'amuse, ensuite parce que c'est pas loin de chez lui, enfin parce que, comme tous les grands malades, il brûle de vous faire partager sa passion !" Et il a même un blog où il parle (souvent !) de cinéma : http://fredabrachkoff.blogspot.fr/
Note : si certains films seront en Noir et Blanc, la présentation sera toujours en couleurs !

Le dimanche 27 septembre 2015 à 20h


nos partenaires:

ADRC afcae Région Poitou-Charentes DRAC Poitou-Charentes C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional