(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.003977 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Mardi 16 janvier 2018 10:47:08  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow Blog arrow patrimoine octobre 2016
 
patrimoine octobre 2016 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine

dimanche 30 octobre à 20h00

le Cinéma REX de Chauvigny présente:

Macadam Cowboy

Macadam Cowboy

Un film de John Schlesinger

États-Unis - 1969 - Drame - Durée: 1h 53mn

Scénario: Waldo Salt - Image: Adam Holender - Montage: Hugh A. Robertson - Musique: John Barry

Avec: Dustin Hoffman (Rico), Jon Voight (Joe Buck). Sylvia Miles (Cass), John McGiver (O’Daniel), Brenda Vaccaro (Shirley), Paul Morrissey (lui-même)...

Synopsis: Joe Buck, blond et beau gosse, quitte sa petite bourgade du Texas pour monter à New York, où il espère se faire entretenir par des femmes riches. Mais la dureté de la ville lui fait rapidement perdre ses illusions. Seul, sans un sou, il fait la connaissance de Ratso Rizzo, un petit Italien chétif, boiteux et tuberculeux. Parce que ce dernier a l'air encore plus seul que lui, Joe accepte de partager son appartement miteux. À l'opposé l'un de l'autre, ils partagent pourtant la même misère dans les bas-fonds new-yorkais, s'accrochant au même rêve : partir vivre sous le soleil de Floride...

Cinéaste britannique reconnu grâce à quelques excellents longs-métrages réalisés durant les années 60 (Billy le menteur et surtout Loin de la foule déchaînée), John Schlesinger tombe sous le charme du roman Midnight cowboy de James Leo Herlihy qui évoque les mésaventures d’un jeune Texan devenu gigolo à New York. Aidé par le scénariste Waldo Salt, le cinéaste souhaite avant toute chose ne rien édulcorer d’un roman pourtant scandaleux pour l’époque. Sans jamais faire de concessions, mais en s’attachant tout de même les services d’un grand studio (United Artists) pour la distribution du film, John Schlesinger a donc bénéficié d’une totale liberté artistique pour ce qui allait devenir à la fois son premier long-métrage américain et aussi son plus célèbre. Grâce à une directrice de casting remarquable, le réalisateur parvient non seulement à convaincre le gratin de l’underground new-yorkais de participer activement à son projet (Andy Warhol a collaboré notamment à la fameuse séquence de la fête psychédélique), mais il déniche également un duo d’acteurs magnifique : Jon Voight est ainsi resplendissant dans le rôle de ce jeune provincial, à la fois innocent et roublard. Il est épaulé par un Dustin Hoffman méconnaissable. Engagé alors qu’il était encore inconnu, le jeune acteur explose quelques mois plus tard dans le rôle-titre du Lauréat de Mike Nichols et devient star du jour au lendemain.
Cette formidable conjonction de talents a donné naissance à une œuvre puissante, aussi bien dans sa réalisation sans cesse inventive que dans le sujet traité. Loin des clichés en vigueur dans le cinéma traditionnel hollywoodien, Macadam cowboy s’attache à décrire une Amérique souterraine, celle des exclus et des laissés pour compte. Décrivant tout d’abord la naïveté d’un provincial venu faire fortune à New York à coup d’images idylliques à la lisière de la carte postale, Schlesinger ne tarde guère à confronter son héros à la dure réalité d’un système capitaliste qui ne fait de place qu’aux gagnants. Ravalé au rang de marginal, le personnage principal, tout d’abord franchement irritant, s’humanise progressivement au contact de la misère humaine. Et dans ce domaine, tout y passe. Des femmes seules qui trompent leur ennui dans l’alcool aux homosexuels contraints d’assouvir leurs désirs dans les cinémas de la 42ème Rue en passant par les évangélistes timbrés, le portrait du New York de la fin des années 60 est plutôt édifiant. Pourtant, dans cet océan de désespoir, le spectateur retient avant tout la poignante histoire d’amitié (ou d’homosexualité refoulée diront certains) qui lie le jeune gigolo à un SDF handicapé. Sans jamais s’apitoyer ou s’adonner au mélodrame sirupeux, les auteurs ont su trouver la juste distance pour traiter avec pudeur et finesse une histoire qui faisait craindre le pire sur le papier. L’émotion n’en est que plus forte lorsque la dernière séquence dans le car vient nous cueillir au dépourvu.
Malgré le scandale déclenché à sa sortie (le film a été classé X), ce petit bijou a connu un succès retentissant qui lui a permis de décrocher les précieuses statuettes que sont l’Oscar du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario. Macadam cowboy demeure à ce jour le seul long-métrage classé X à avoir reçu de tels honneurs.

avoir-alire.com

Fred Abrachkoff

Le film vous sera présenté par Fred Abrachkoff

Auteur, comédien, humoriste, Fred Abrachkoff est aussi cinéphile. Tout petit déjà, il s'abimait les yeux à regarder des films de Hitchcock ou de Duvivier qui passaient très tard, mais moins qu'aujourd'hui. Il en a gardé l'amour des vieux films en Noir et Blanc , qui ne sont même pas forcément parlants. Si ça ne vous dérange pas, il viendra vous présenter les Séances Patrimoine, d'abord parce que ça l'amuse, ensuite parce que c'est pas loin de chez lui, enfin parce que, comme tous les grands malades, il brûle de vous faire partager sa passion !"Et il a même un blog où il parle (souvent !) de cinéma : http://fredabrachkoff.blogspot.fr/
Note : si certains films seront en Noir et Blanc, la présentation sera toujours en couleurs !

Le dimanche 30 octobre 2016 à 20h00


nos partenaires:

ADRC afcaeRégion Poitou-Charentes DRAC Poitou-Charentes C L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional