(C) 2018 Chauvigny Cinéma
Déclaration CNIL: recépissé n° 1139625 du 10 janvier 2006
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
JoomlaCurve v.five-beta (preview) template for Joomla! CMS by Tony Leone.
Page générée en 0.004413 secondes


Menu vertical
Menu vertical
Contenu
Contenu
Chat
Chat

Accueil Séances Tous les films Contacts Liens non-connecté Proposer un article Vous n'avez pas de message
English Deutch



 Mardi 16 janvier 2018 10:42:49  GMT +1  
  Menu
 
Accueil
Tous les films
tarifs
News
Nous contacter
Liens (partenariats)
Jeux
Films du patrimoine
écran enchanté
Ecole et Cinéma
Collège et cinéma
Plan du site
Blog
Connexion





gratuitement et participez aux discussions dans les forums, ou déposez vos critiques.
Widget Chauvigny cinema

Le programme du Rex
sur le bureau de votre ordinateur:
widget

Syndication

Les dernières news de Chauvigny Cinéma sur votre bureau:

cette semaineAujourd'huiTous les articles

Pour lire les fils de news ci-dessus, adoptez le meilleur lecteur gratuit du moment:

RSSOwl Valid XHTML 1.0 Transitional Validate my RSS feed

Ajouter le programme
d'aujourd'hui à votre
bureau google:
Add to Google

ou le programme
hebdomadaire:
Add to Google

Favoris
Ajouter site (IE)
Ajouter page (IE)
Page de démarrage (IE)
 


Accueil arrow Blog arrow patrimoine novembre 2017
 
patrimoine novembre 2017 Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

A l'initiative du CLAP Poitou Charentes
Association régionale des cinémas d'art & essai

Rendez-vous avec le cinéma patrimoine

dimanche 29 octobre à 20h00

le Cinéma REX de Chauvigny présente:

Le Privé

Le Privé

Un film de Robert Altman

USA - 1973 - genre: Policier - Durée: 1h52mn
Scénario : Leigh Brackett, d’après le roman de Raymond Chandler
Image : Vilmos Zsigmond - Montage : Lou Lombardo - Musique : John Williams
Avec : Elliott Gould (Philip Marlowe), Nina Van Pallandt (Ellen Wade), Sterling Hayden (Roger Wade alias Billy Joe Smith), Mark Rydell (Marty Augustine), Henry Gibson (le docteur Verringer), David Arkin (Harry), David Carradine (Dave, dit Socrate), Arnold Schwarzenegger (Hood), Jim Bouton (Terry Lennox), Steve Coit (le lieutenant Farmer), Warren Berlinger (Morgan), Sally Field (Sybille Tucsley).

Synopsis:En pleine nuit, Terry Lennox demande à son ami Philip Marlowe, un détective privé, de le conduire de toute urgence au Mexique. Ce dernier accepte, mais à son retour il est fraîchement accueilli par la police. Sylvia, l’épouse de Lennox, a en effet été retrouvée assassinée et Marlowe est inculpé pour meurtre.

Robert Altman est le cinéaste indépendant par excellence. Auteur aux inspirations diverses, toujours à contre-courant des modes hollywoodiennes, il s’approprie les genres auxquels il impose son propre style. La critique de l’Amérique domine toute son oeuvre. (...) Il la diversifie en détournant les genres, en détruisant les mythes et les héros américains, et devient le spécialiste du récit éclaté, mettant en scène de multiples histoires parallèles.

Cinémathèque française

En 1973, Robert Altman adapte Raymond Chandler et offre le costume fripé du détective Philip Marlowe à Elliot Gould. Le film fut pas mal décrié à sa sortie, mais aussi défendu par une part de la critique. Depuis, il n’a cessé d’être réévalué. On peut le considérer comme l’un des meilleurs crus de Robert Altman. Son titre original a fourni une complainte de jazz, suave à souhait, The Long Good Bye, composée par John Williams, qu’on entend dans le tour en voiture, inaugural, du film. Voici trois raisons primordiales qui justifient pleinement de courir ventre à terre le (re)voir en salles ; pour son antihéros Elliott Gould, comédien révélé par M*A*S*H*, plus du genre déconneur que bagarreur ; pour son art de temporiser. Le film tient de la chronique déguisée, où le fil de l’intrigue tarde à apparaître et se déployer ; pour sa Californie de (mauvais) rêve. Il fait beau, il y a du soleil, mais la lumière (signée Vilmos Zsigmond) reste blanche.
Télérama «Trois raisons de (re)voir le «Privé» de Robert Altman.

Cinéaste passionnant mais enclin à la balourdise, Robert Altman est l’auteur dans les années 70 d’une poignée d’excellents films, dont au moins deux géniaux : John McCabe et Le Privé. Bien qu’il ait acquis la célébrité avec ses fresques chorales (d’Un mariage à Short Cuts), c’est pourtant dans la relecture des genres hollywoodiens que Altman a su le mieux exprimer son talent de conteur ironique et de scrutateur désabusé de la civilisation américaine.
Le Privé s’attaque avec autant d’irrévérence que d’intelligence à l’univers et aux archétypes du film noir, propulsés dans un monde qui bafoue son héritage culturel et moral pour ne plus s’intéresser qu’à l’argent. Altman a la grande idée de prendre le fameux détective de Raymond Chandler, Philip Marlowe, de le transposer dans l’Amérique contemporaine, et de le faire interpréter par un acteur comique inattendu dans le rôle, Elliott Gould. Le Privé (libre adaptation du roman The Long Goodbye, titre original du film) transforme Marlowe en un personnage anachronique de détective dans la Californie des années 70. Altman en profite pour dire (déjà) tout le mal qu’il pense de l’Amérique moderne. La bonne santé, le luxe, le soleil servent d’écran à la violence, la corruption et la trahison. Le cinéaste, aidé par un Elliott Gould très en verve, se régale à filmer cet excentrique qui ne se sépare jamais de sa cravate et de ses costumes usés et circule en voiture rétro. C’est un solitaire, un idéaliste qui se cache derrière ses grimaces et ses vannes cyniques. «It’s okay with me» (Au fond, je m’en fous) est sa devise, maintes fois répétée au gré de ses rencontres. Marlowe new-look évolue comme son ancêtre parmi les flics, gangsters et jet-setters, mais il doit désormais résister à l’appel de ses voisines hippies exhibitionnistes, côtoie moult fumeurs de cannabis et croise un écrivain alcoolique (le grand Sterling Hayden), dinosaure réduit au suicide par la pourriture ambiante.
Comme souvent, le cinéaste réalise deux films en un. Il accorde autant d’importance à l’intrigue qu’au contexte, à l’arrière-plan sociologique. Le film grouille de personnages secondaires hauts en couleur, de répliques hilarantes et de gestes inquiétants. Génialement filmé, avec une utilisation inventive de l’écran large, une photographie magnifique et un accompagnement musical inoubliable, Le Privé est à ranger, avec certains titres de Peckinpah, Fleischer ou Huston de la même époque, parmi les meilleurs films américains des années 70. D’une mélancolie infinie, le chef-d’oeuvre d’Altman dresse le double portrait d’un homme en porte-à-faux avec son époque et d’une civilisation aseptisée, endormie par les drogues douces et la soudaine richesse.
Les Inrockuptibles

Fred Abrachkoff

Le film vous sera présenté par Fred Abrachkoff

Auteur, comédien, humoriste, Fred Abrachkoff est aussi cinéphile. Tout petit déjà, il s'abimait les yeux à regarder des films de Hitchcock ou de Duvivier qui passaient très tard, mais moins qu'aujourd'hui. Il en a gardé l'amour des vieux films en Noir et Blanc , qui ne sont même pas forcément parlants. Si ça ne vous dérange pas, il viendra vous présenter les Séances Patrimoine, d'abord parce que ça l'amuse, ensuite parce que c'est pas loin de chez lui, enfin parce que, comme tous les grands malades, il brûle de vous faire partager sa passion !"Et il a même un blog où il parle (souvent !) de cinéma : http://fredabrachkoff.blogspot.fr/
Note : si certains films seront en Noir et Blanc, la présentation sera toujours en couleurs !

Le dimanche 29 octobre à 20h00


nos partenaires:

ADRCafcaeRégion Poitou-CharentesDRAC Poitou-CharentesC L A P

 
< Précédent   Suivant >
Newsflash
Bientôt à l'affiche
Résultat des jeux
Les gagnants des
3 derniers jeux terminés:
Jeu N° 232
Pas de gagnant
Jeu N° 231
Pas de gagnant
Jeu N° 230
Baptiste Michaud
Inscrivez-vous
et jouez en ligne.
partenaire
Les films de la semaine sont présentés dans la rubrique cinéma de "la quotidienne" sur
R.E.C. 103.7FM


echo des Choucas
Navigation
Pour profiter de tout le site, installez Firefox:

Get Firefox
___________

icra
Ce portail peut être vu et consulté par un public: enfants.
___________
Valid XHTML 1.0 Transitional